photos, voyages & tango : un cocktail détonnant signé France Demarbaix

Interview de Michael Levy

Des carnets de voyage dans un site qui s'appelle Typolover, cela peut paraitre singulier?

Michael Levy

Cette questions est liée - nous le verrons - à la suivante.

Typolover est le nom de mon univers graphique et photographique depuis 2005. Etant graphiste et photographe, je baigne naturellement dans le design et la typographie.

A cette époque, j'étais vraiment “très typo”, j'ai eu la chance de visiter à plusieurs reprises l'Imprimerie Nationale (reportage photo visible ici), l'univers et l'histoire de l'imprimerie me passionnait.

Voilà pourquoi j'ai choisi ce nom, “Typo Lover” mais il ne se résume pas à ça, on y trouve beaucoup et même principalement des photographies, ma première passion.

Quand j'ai écrit mon premier carnet de voyage, il a trouvé sa place sur ce site, je n'ai pas cherché plus loin. Il est temps que je leur consacre un espace propre, et surtout un nom plus approprié !

Update: Le nom "Typolover" va être abandonné en 2012 au profit de "Michael Levy Studio" qui regroupera mon blog et plus largement mon univers. Les voyages seront eux sous un nouveau nom que je vous dévoilerai très prochainement.

Les photographic roadtrips commencent en 2008. D'où vient le déclic ?

Pourquoi 2008 ? Parce-que je n'avais jamais pu financer un tel voyage auparavant !

Quant au photographic roadtrip visible en ligne, vous me croirez ou non, mais cela n'était pas prémédité, et je suis parti explorer le Southwest USA sans projeter quoi que ce soit, à part bien sur, ramener - si possible - de belles photos.

J'ai mis plusieurs mois à préparer le voyage, mais j'ai surtout eu une bonne étoile. Passant beaucoup de temps sur les forums de voyage pour glaner un maximum d'infos, j'avais remarqué les interventions savantes d'un forumer qui semblait absolument tout connaître de cette région du monde. Je l'ai contacté pour lui demander conseil, et il a accepté de m'aider en voyant mes photos.

Nous sommes donc partis avec un parcours millimétré, qui nous permettait d'être au bon endroit, au bon moment, avec la bonne lumière, ce qui est essentiel. C'était inespéré et je serai toujours reconnaissant envers cette personne.

Ce n'est que dans l'avion du retour (pendant les 11 heures du San Francisco > Paris), alors que des milliers d'images défilaient devant mes yeux, que je réalisais avoir tout photographié du soir au matin, et que je pouvais donc véritablement faire vivre le voyage en montrant mes images et en écrivant les émotions ressenties.

S'il ne fallait en lire qu'un, lequel conseilleriez-vous et pour quelles raisons ?

Difficile à dire …

Je choisirais le Southwest Photographic Roadtrip. Pourquoi ? Justement pour les raisons évoquées ci-dessous. Il est frais, naturel car pas prémédité.

Je suis parti avec un matériel très rudimentaire, un Canon 20D (véritable aspirateur à poussière) et 3 objectifs assez basiques, dont mon 24-105 f3,5 / 4,5 de 12 ans d'âge.

J'ai pris peu de photos, pas plus de 40 certains jours, l'équivalent d'une pellicule de 36 poses ! Ok, un peu plus : )

De plus, les images n'ont aucun traitement / effet particulier réalisé en post-prod.

Du coup le récit a une certaine pureté, une simplicité que j'apprécie beaucoup en le relisant.

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas lire les autres.

Le Roadtrip Islandais reçoit un bien plus grand succès d'ailleurs…

Vous prenez de nombreuses photos de panneaux de circulation ou publicitaires. C'est l'oeil du graphiste ?

Oui, peut-être, mais je ne suis pas le seul à aimer ça ! C'est un plaisir tout particulier aux USA, ou tout est très graphique, des panneaux de signalisations aux publicités, jusqu'aux incroyables camions américains qui ont quand même une autre gueule que les nôtres !

Et puis ces images servent le rythme du récit, elles sont comme une virgule sans prétention. Un récit photographique qui ne comporterait que du paysage serait lassant. Voilà pourquoi j'essaie aussi d'y mettre des portraits quand je le peux, pour le rendre plus vivant, et varié.

En somme, tout simplement plus intéressant à lire.

La série Alone (dans Typolover) présente des photos dépourvues du moindre quidam. Mais... comment se débrouille-t-on pour être seul dans la Chapelle Sixtine ?

Vous n'êtes pas le premier à me poser la question !

C'est un coup de pouce du destin assez extraordinaire en réalité.

Nous devions partir à Rome le week-end du 14 juillet avec ma compagne enceinte d'Andy notre fils.

C'était une première fois en Italie en ce qui me concerne, et tout le monde m'avait prévenu du nombre invraisemblable de touristes, notamment au musée du Vatican, et plus précisément dans la chapelle Sixtine.

Du coup, l'intense excitation de voir ce lieu le disputait à l'angoisse de le bâcler, noyé par la foule, et obligé de le faire au pas de course.

C'était sans compter sur la chance, car le musée du Vatican ouvrait exceptionnellement en nocturne le jour de notre arrivée. J'avais réservé les places sur internet, mais imaginais trouver encore plus de monde venu profiter de l'aubaine.

Il n'en fut rien : après une course folle depuis l'aéroport de Rome (notre atterrissage fut retardé à cause de très violents orages sur Paris) nous arrivâmes les derniers à la fermeture des portes du musée, vers 21h30. Et là, divine surprise, personne, tous les visiteurs étaient déjà partis, nous étions quasiment seuls dans cet immense musée, un des plus beaux du monde, en pleine nuit.

La Chapelle Sixtine vient clore la visite, et là où d'ordinaire il est absolument interdit de prendre la moindre photo, nous étions une vingtaines d'ultra-privilégiés, libre de nos mouvements et de prendre des photos!

Un moment inoubliable.

Pouvez-vous présenter ce que l'on trouve dans le Typolover Store? Est-ce que ça marche ?

Nous trouvons pour l'instant 2 types de "produits" dans le typolover store :

  1. Des guides de voyages
  2. Des tirages photo
  3. (Encore au stade de développement)

Les guides de voyages sont des extensions des roadtrips accessibles en ligne.

L'idée de les écrire est venue naturellement : je recevais quotidiennement des dizaines d'emails me posant des questions sur tel ou tel aspect de notre aventure, le matériel emporté, et tous les détails pratiques du voyages.

Je prenais soin de répondre à 100 % des emails reçus, mais cela devint rapidement ingérable, surtout pour répéter sans cesse les même choses.

J'ai donc imaginé un guide qui réponde à toutes ces questions, et explique précisément chaque journée avec force détails.

Comme je suis graphiste, j'ai pris plaisir à tout réaliser moi-même : textes, photos, et mise en page.

Je réalisais par ce biais un vieux rêve, mettre en page mon propre récit !

J'en ai fait deux à ce jour, un sur le SOUTHWEST USA et un sur L'ISLANDE. Le fait qu'ils ne soient pas imprimés me permet de les mettre à jour régulièrement.

Est-ce que ça marche ? Oui ! J'en vends pas mal, c'est ma plus grande fierté.

Concernant les tirages photos, ça marche très bien… surtout pour les amis et la famille : )

On ne peut pas dire que cela soit un immense succès commercial, mais je m'y attendais.

Je ne suis pas sur que j'achèterais moi-même un tirage photo sur internet.

Pour autant, j'en ai quand même vendu, et notamment… à des islandais !

En fait beaucoup de gens sont intéressés, et m'ont posé des questions sur tel ou tel tirages, mais n'ont pas forcément franchi le cap de l'achat.

Du coup j'offre parfois des tirages, comme la semaine dernière, j'ai envoyé - sans prévenir - 3 agrandissements à des lecteurs qui m'ont fait le plaisir de m'envoyer une bouteille de vin de leur terroir. D'ailleurs je n'ai pas de nouvelles, j'espère qu'ils les ont bien reçus !

Question plus technique : quel matériel utilisez vous pour vos roadtrips ? Et en particulier pour prendre les photos sur le vif (dans la voiture ou quand les autorités locales (comme en Ouzbékistan) vous l'interdisent) ?

Le matériel a évolué au fil du temps. Comme je l'explique un peu plus haut, je suis parti aux USA en 2008 avec un matériel très sommaire : 1 boitier APS-C et 3 optiques de base.

Le roadtrip en Islande était beaucoup plus consistant en matériel : 2 boitiers, et 6 optiques. C'était indispensable car l'Islande offre une grande variété de sujets, sans compter les oiseaux qui exigent un téléobjectifs.

En Ouzbekistan je suis parti "léger" : 2 boitiers… et 2 optiques, chacun la sienne, vissée à demeure, pour éviter les galères de poussière. En gros, un 17-40 sur l'un et un 70-200 sur l'autre. Avec ça tu fais à peu près tout.

Les photos sur le vif, en voiture etc. sont faite avec le 17-40. En Ouzbekistan, la pression est constante, il y a des barrages de police partout, et j'avais vraiment peur de me faire subtiliser mon matériel par les autorités. Je n'ai par exemple pas pu prendre de photos dans le métro, et très peu dans les aéroports, trop risqué.

Question anecdotique, les photos les plus anciennes sont siglées rgb-mix.com. Cela vient d'où ?

Je vois que vous avez observé mon univers avec attention !

En effet, mes premières photos sont siglées "rgb-mix"

C'est tout simplement le nom de mon premier portfolio, que j'avais réalisé en flash à l'époque (2003-2004).

Etymologiquement, cela veut dire que ce que nous percevons - et que je présentais - à l'écran n'est qu'un mélange de pixels rouge, vert, bleu (rgb en anglais).

Des projets ?

Oui, un projet me tient à coeur, et j'y travaille d'arrache-pied depuis plusieurs mois.

C'est une extension de ce que je fait déjà dans le domaine du voyage et de la photographie.

Mais c'est beaucoup plus ambitieux, j'espère que vous en entendrez parler très prochainement.

Je donnerai des news dès que possible sur mon blog : www.michaellevystudio.com.

  • EX Typolover

Michael Levy Studio

Michael Levy Studio
par Michael Levy
Décembre 2011
www.international-photographer.com

Dublin, Irlande
Irlande - Dublin

L'Irlande est mon premier voyage. J'y suis d'abord parti seul dans une famille pendant un mois à l'âge de 15 ans. J'y suis retourné vivre un an en 1996, à Dublin où j'ai pris cette photo. Que des gens se soit donnés du mal pour laisser un message d'espoir sur le mur de cette usine abandonnée, je trouve cela très touchant, presque troublant...

Sinaï, Egypte
Egypte - Sinaï

Un voyage extraordinaire dans le désert du Sinaï, au bord de la mer rouge en 2004. La chaleur y était suffocante, le sol brulant, ces montagnes pelées, aiguisées comme des couteaux me paraissaient d'une hostilité sans pareille. Mais je trouve souvent beaucoup de beauté à la désolation.

Jökulsárlón, Islande
Islande - Jökulsárlón

Un des plus beaux endroits sur la terre. Ces blocs de glaces posés sur ce sable noir, attendant leur départ vers un destin solitaire… Inoubliable.

Moscou, Russie
Russie - Moscou

J'ai eu l'occasion d'aller en Russie plusieurs fois, plus précisément à Moscou. C'est une ville fascinante pour 1000 raisons, mais notamment car on y sent encore l'histoire et les vestiges du passé très présents. Vous pouvez voir sur cette photo une des "Seven sisters" de la ville, gratte-ciels commandés pas Staline dans les années 30, jaloux de ceux construits par l'ennemi américain !

Rome, Italie

Italie - Rome

Je n'ai découvert l'Italie qu'en 2010 ! 4 jours à Rome, une ville extraordinaire de beauté, elle aussi pétrie d'histoire. Un véritable bonheur qui m'a donné envie de continuer à explorer ce pays.

New-York
Etats-Unis - New-York

Je suis allé pour la première fois à NYC en 1999. J'y ai pris cette photo du Guggenheim construit par Frank Lloyd Wright à la fin des années 50. NYC est une source d'inspiration illimitée pour le photographe… et pour les artistes en général, je crois.

Ouzbekistan
Ouzbékistan

Mon dernier "grand" voyage en 2010. Dans un pays hors norme. Ancienne république soviétique, dont l'histoire est un véritable trésor. J'ai eu la chance d'y être accompagné d'un guide génial : Soukhrob Bobokalonov (voir son site). Avoir un bon guide peut changer radicalement la couleur d'un voyage.

Chicago
Etats-Unis - Chicago

Un clin d'œil à Chicago, une ville que j'aime énormément. Difficile à prendre en photo dans un format horizontal, voici un cliché pris pendant l'été 2006. Bronzer sur le toit de son immeuble en sirotant un drink, la piscine surplombant le trafic dense et le lac Michigan, c'est ça l'Amérique !

The Wave, Utah
Etats-Unis - Utah

Assurément un des lieux les plus mythiques sur cette planète. The Wave, dans l'Utah, est un trésor caché au milieu du désert. Il faut faire 2 heures de marche harassante dans le sable et sous un soleil de plomb pour l'atteindre. Mais cela ne suffit pas ! En effet, le lieu étant fragile, seule 20 personnes par jour sont autorisées à le découvrir… Nous avons eu cette chance unique d'obtenir un permis en 2008. La chance d'une vie.